Ceci est un cri,

Qui provient du tréfonds.

Ceci est un cri,

Dont je ne connais pas le nom.

Et dire que pour vous j’ai enduré,

Et dire que pour vous j’ai donné.

Pas donner pour recevoir,

Pas donner pour avoir.

Donner pour donner.

Donner pour aimer.

Ceci est une prose,

d’une femme révoltée.

Ceci est une prose,

d’une âme bouleversée.

Et dire que chacun y croit plus que tous,

Et dire qu’aucun ne fait rien du tout.

Pas juger pour mieux s’élever,

Pas juger pour mieux renier,

Juger n’est pas donner,

Juger c’est priver.

Priver de l’amour,

Priver de l’oubli,

Priver de la vie.

De celle qui n’a pas de prix,

Pas d’odeur, pas de valeur, pas d’orgueil,

Pas de méfiance, de suffisance, de guerre d’égo.

Oublier qu’être vient avant avoir,

Que donner vaut plus que juger,

Que valoir n’a de prix qu’à ses yeux

Et à la sentence de cet égo capricieux.

Oublier qui on est,

Oublier d’où l’on vient,

Oublier que chacun n’est pas un.

Je suis une femme racine.

Et toi, qui es-tu ?

 

 Crédit photo : Dawid Zawila – Unsplash