Merci 2019. - L'Arbre à Palabres

Merci 2019.

par | Déc 31, 2019 | Écriture - Lecture, Ma vie d'entrepreneuse

L’année a commencé

La tête embuée, le corps affamé, fatigué

Le ventre lourd,

Le ventre monde.

 

Ce monde que je crée

Cette vie que je fais

Un peu plus chaque jour, elle me possède

Un peu plus chaque jour, elle me révèle.

A eux, à vous, à moi-même.

Elle m’exhorte à être, et tant pis pour le reste

Pour les rageux, pour les frileux,

Pour tous ceux qui, la mort aux lèvres,

La rage au ventre, me regarde miséreux,

Me regarde misérable.

  

Tant pis pour ceux qui voudraient que je sois ou que j’ai été

Tant pis pour ceux qui ordonnaient et qu’exécuter je sois

Tant pis pour la colère, tant pis pour le soutien vain de certains,

Tant pis pour l’argent, tant pis pour l’amour, tant pis pour les doutes,

Tant pis pour les peurs, tant pis de ne pas être à la hauteur,

Tant pis d’oublier, tant pis de ne pas nettoyer, tant pis d’insister, voire d’exaspérer,

Je donne et je reçois

Et tant pis si je donne tout ce que je reçois.

  

L’année a commencé

La tête embuée, le corps affamé, fatigué

Le ventre lourd,

Le ventre monde.

  

Une parenthèse enchanteresse,

Un miracle de donner vie, de rendre vie.

D’accoucher et s’accoucher soi-même.

Se promettre d’être, aussi imparfaite que possible.

De l’assumer, le revendiquer.

Epaules baissées, menton levé.

  

Droite et fière,

D’être celle que je suis.

Maître de mes erreurs et

De ces heures folles qui m’ont révélées à moi-même.

Fière d’essayer un peu plus chaque jour,

Même quand la peur m’ordonne de stopper.

Surtout quand la peur m’ordonne de tout stopper.

Essayer, tituber, trébucher, vaciller et

Se relever.

  

Seule ou aidée.

Souvent aidée de mains étrangères,

Qui très vite deviennent familières.

De cette famille que l’on se crée chaque jour.

De ce sang qui pour certains est synonyme d’exhortations,

De reproches, de poison, de fléau, de mots coupables, de mots couteau,

Mais certainement pas de beaux mots.

De ce baume au cœur et à l’âme,

Que ces mains insoupçonnées vous enduisent,

Vous massent, vous soulagent, vous nourrissent et vous bercent.

  

L’année a commencé

La tête embuée, le corps affamé, fatigué

Le ventre lourd,

Le ventre monde.

  

J’ai ri, j’ai pleuré

J’ai aimé, été blessée

J’ai espéré et ai été découragée

J’ai hurlé et l’on m’a apaisé

J’ai prié, j’ai exaucé

J’ai espéré, j’ai réalisé

Et surtout, j’ai donné vie.

A elle, à moi, à nous, à vous.

  

Bigidi mè pa tonbé.

Ce slogan, mon mantra.

Pour avancer petit pas par petit pas

Vers celle que je décide d’être chaque jour

N’en déplaise à moi-même (parfois)

N’en déplaise à vous autres (souvent).

  

Je décide de qui je suis

De là où je vais

Avec plus ou moins de précisions

Avec plus ou moins de conviction.

N’en déplaise à moi-même,

N’en déplaise à vous autres.

  

Je navigue sur mes eaux troubles,

Je navigue et tiens la barre

De ce navire que je fais mien.

Épaules baissées, menton levé.

  

Je navigue, je me perds et me retrouve

Me concerte, me découvre.

J’explore, j’honore chaque jour de cette vie,

Celle que je donne et celle que je reçois.

J’apprends que dans cette vie, tout est une question d’harmonie

Entre qui on est et ce que l’on fait.

Pour être sans chercher à tout prix à avoir.

  

Etre sans chercher à paraître.

Chercher à s’honorer plus et attendre moins.

Moins des autres, plus de soi.

Moins en soi, plus vers l’autre.

Un peu moins toujours plus.

Trouver son équilibre, son harmonie.

  

Le sien, son propre.

Le sien, le soi.

Celui qui parle à soi,

Et non dicté par l’autre

Qui s’amuse à édicter et à s’offusquer

De ce que tu ne fais pas mais qu’il est incapable de faire lui-même.

Trouver l’équilibre, trouver l’harmonie

Et le chérir.

 Le nourrir, le laisser grandir.

Épaules baissées, menton levé.

  

Le visage face au vent

La main bien calée sur la barre,

En équilibre sur ce fil,

Le sien, le soi.

En équilibre, cheveux au vent

Qui est libre ?

Toi, moi, nous.

Chacun et personne.

Chacun et nous tous.

Libre d’être qui on est.

Epaules baissées, menton levé.

Histoire d’écriture(s)

Histoire d’écriture(s)

The road to hell is paved with adverbs (S.King) (Traduction : la route vers l'enfer est pavée d'adverbes) Aujourd'hui, je voudrais vous parler d'un...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le guide pour développer ta créativité avec l'écriture

Téléchargez les 12 secrets pour développer votre créativité avec l'écriture.

Ce guide d'écriture, je l'ai conçu pour VOUS. Pour vous accompagner sur votre chemin d'écriture. Pour OSER y aller ! Grâce à ce guide d'écriture, que je vous offre en cadeau, à vous conseils et outils concrets pour libérer votre écriture en vous créant LA routine d'écriture qui vous correspond et qui vous permet de tenir sur la durée.

Le guide est dans votre boite e-mail !